• Une Algérie pure avec un Sud aux couchers de soleil flamboyants

    et un Nord plutôt arc-en-ciel 🌈

    Comme vous allez le découvrir au fil de ces images, le Sahara est une terre vivante et la véritable âme de l’Algérie. Le Sahara n’est pas uniquement synonyme de pétrole, de gaz, d’uranium ou de dattes car il recèle de nombreuses richesses insoupçonnées aussi. Le Sahara c’est avant tout la terre où vous goûterez aux plaisirs d’un verre de thé à la menthe autour d’un feu, préparé par un touareg enrubanné et timide. C’est une terre où vous verrez des gravures et des peintures rupestres millénaires d’une rare beauté. C’est aussi un lieu magique où vous vous laisserez bercer par les étoiles filantes dans le silence olympien d’une belle nuit étoilée. Après avoir fait le tour des photographies de l’exposition, je parie que vous viendrez me demander comment vous rendre au Sahara algérien !!

    Le Sahara n’est pas seulement fait de dunes ou de couchers de soleil, il recèle surtout un patrimoine historique et culturel immémorial, des paysages d’une rare beauté et des populations Touaregs à l’accueil inégalé.

    Ceux que l'on appelle Touaregs se nomment eux-mêmes les " Kel Tamacheq ", c'est à dire les Hommes qui parlent la langue Tamacheq.

    Les Dunes...

    ©aissa Smatti

    Pour un touareg, gravir les dunes c’est comme communier avec le désert pour aller à la rencontre d’un monde infini que seul lui peut comprendre et appréhender ... Le Sahara est changeant, tantôt hostile et envahissant, tantôt paré d’or, de couleurs rougeoyantes et peuplé de beau

    ©aissa Smatti

    L'homme bleu !

    Au Sahara, l’homme bleu est le maître, le seigneur du désert, il fait partie intégrante de l’espace comme de l’atmosphère. Il est le personnage incontournable dans la connaissance des moindres recoins du désert. Avec lui, vous partagez la marche, le sommeil, la nourriture, et le thé qui demeure un élément sacré de la vie du Touareg. Il est un peu le mythe, l’âme de cette immensité sidérale qu’il empli et à laquelle il donne du sens.

    Avec ce seigneur des étendues désertiques, mieux vaux ne pas être pressé et aimer les longues cérémonies de thé à la menthe bien sucré. Avec cet homme mystérieux, vous ne pouvez échapper au rituel des trois thés autour du feu, c’est une constante !

    Il faut dire qu’au fil des années, pour la dégustation de thé, certaines populations d’Afrique du Nord ont inventé des codes extrêmement précis et respectés, jusqu’à nos jours. C’est le cas pour les Touaregs du Sahara Algérien qui ont instauré une véritable cérémonie autour du thé vert , très appréciée des aventuriers européens. Découvrez le secret de préparation et de dégustation de ce que les touareg appellent « whisky du désert ». Apprenez à le déguster avec élégance et respect pour celui qui le prépare si vous souhaitez vous-même être respecté par vos hôtes.

    Mamussen issalan ? quelles sont les nouvelles en Tamacheq et c'est la première question que pose un kel tamacheq lorsqu'il croise un ami ou un membre de sa famille.

    Les nouvelles sont d'une importance cruciale pour ce nomade du désert qui vit loin de la civilisation et des villes. La première des choses c'est de s'informer donc sur le monde extérieur et de ce qui s'y passe, il est loin d'être en marge de la société !

    Le rituel du thé...

    ©aissa Smatti

    «Le premier thé est amer comme la vie, le deuxième fort comme l’amour et le troisième est aussi doux que la mort. Il y a du sens dans les gestes, dans les silences, dans les regards…»

    Adage touareg

    La Femme Touareg

    Ton sourire pudique ouvre les frontières de la douceur Comment as-tu fait pour être si inspirée ?

    D’où vient ta parole de femme qui transperce le coeurs des hommes ?

    Sous ton voile de timidité feinte, tu mijotes d’autres perspectives

    Tu rêves de nouveaux horizons pour créer de la beauté

    Tu rêves d’infini alors que rien n’est encore joué

    Tu avances d’un pas chaloupé et ta démarche entraîne nos regards masculins

    dans des promesses de lumière…

    Yunus Ocquet

    ©aissa Smatti

    Célèbres peintures rupestres préhistoriques du Tassili n’Ajjer

    Avec une grande habileté, les peuples d'Afrique ont laissé au monde, pour la postérité, l’art rupestre des grottes et des roches de sable. Ce témoignage de leur vie, de ce qui les entourait à l’époque où le Sahara était peuplé d’animaux et de végétations, nous est aujourd’hui très précieux.

    En Algérie, on trouve des peintures rupestres datant de plus de 12 000 ans, période à laquelle le Sahara sortait d’une grande sécheresse. Les habitants d’alors dessinèrent de grands prédateurs. Plus tard, ils représentèrent entre autres des éléphants, des girafes, des rhinocéros, des hippopotames, des antilopes, des vaches, des chats, et des scènes de leur vie.

    ©aissa Smatti

    Je suis né touareg !

    Je suis né avec du sable dans les yeux, je suis touareg, pour survivre, je dois m’adapter au désert, le vivre, le comprendre, l’écouter… Touareg hein !

    ©aissa Smatti

    Allah réunit alors tous les hommes et leur dit : “Chaque fois que vous mentirez, je jetterai un grain de sable sur le monde”. Les hommes haussèrent les épaules et se mirent tous à rire : “Un grain de sable!… On ne le voit même pas”. Et pourtant de mensonge en mensonge, petit à petit le Sahara s’est formé, avec de ci de là quelques traces de l’ancien Eden, car tous les hommes ne mentent pas. Légende Touareg

    ©aissa Smatti

    Une autre Algérie

    Si l'eau puisée dans une rivière est saine, agréable et douce, c'est qu'elle vient d'une source pure.

     

    L'Emir Abd El-Kader

    Alger - الجزائر

    ©aissa Smatti

    Le nom d'Alger vient du nom arabe Al Djazaïr, qui signifie «îles». Ces îles rocheuses que l'on peut trouver au pied de la mer Méditerranée. Ses origines remontent à plus de 10 000 ans avant JC avec la civilisation ibéromaurusienne, qui correspond à l'homme de Mechta Al Arbi (Mechtoïde) qui vécu en Afrique du Nord durant le Paléolithique supérieur.

    Les Phéniciens avaient donné à Alger le nom d'Ikosim, ce qui signifie «l'île aux oiseaux impurs» ou «l'île aux mouettes». Ensuite c'est redevenu Ikosium sous l'Empire romain. Aux alentours de 960 après JC, le prince Bologhine Ibn Ziri Ben Menad restaura la ville d'Alger et lui donna le nom d'Al Djazaïr Beni Mezghenna. Al Djazaïr devient alors Alger pour les Français. A l'indépendance en 1962, la ville est devenue la capitale officielle de l'Etat algérien.

    ©aissa Smatti

    La magnifique Grande Poste de style néo-mauresque, construite en 1910 par les architectes Jules Voinot et Marius Toudoire

    ©Issa Smatti

    Pour apprécier Alger et se rendre compte de tous les secrets qu'elle recèle, je conseille de monter jusqu'à Bab Jdid et de descendre à pied jusqu'au centre en passant par la casbah, Bab El Oued, le Palais des Raïs sur le port de la marine et la Grande mosquée sur la Place des Martyres. Déjeuner à la pêcherie, ensuite reprendre par la rue d'Isly jusqu'au musée du Bardot. Environ 17/18 km à pied et un vrai plaisir que de marcher dans les rues grouillantes de vie et riches en rencontres.

    ©aissa Smatti

    Palais des Raïs

    ©aissa Smatti

    Façade de la grande poste

    ©aissa Smatti
    ©aissa Smatti

    Mosquée Ketchaoua

    Pourquoi dit-on Alger la blanche ?

    dans les anciens temps, les habitants de la Casbah utilisaient la chaux pour repeindre l'extérieur de leurs maisons. Le blanc réfléchi les rayons du soleil l'été et permet de conserver la fraîcheur dans les demeures. La chaux vive constitue aussi une parade efficace face aux dégâts engendrés par les insectes et parasites. La chaux donnait une blancheur éclatante à la Casbah. La cité était visible de partout et illuminait tout Alger, que l'on vienne par bateau ou par route, la première des choses qui attirait le regard, c'était la blancheur de la Casbah qui surplombe la mer.

    ©aissa Smatti

    Artisan de la Casbah

    ©aissa Smatti

    Le Bastion 23 à Alger

    Tipaza, تيپازة‎

    Au printemps, Tipasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l'odeur des absinthes, la mer cuirassée d'argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres.

    Albert Camus

    ©aissa Smatti
    ©aissa Smatti

    Tipaza ses ruines phéniciennes , romaines , paléochrétiennes et byzantines . Le site est situé sur la côte méditerranéenne à environ 65 km à l'ouest d'Alger.

     

    Ce qu'il ne faut pas rater :

    La belle vue sur la côte méditerranée avec le site en avant plan. Les nécropoles pré romaines , qui contiennent un certain nombre de tombes phéniciennes. Le forum , la curie , les quatre thermes et le théâtre, ainsi que le cimetière chrétien et sa grande basilique à neuf nefs. À l'est vous pouvez voir de sublimes ruines de deux autres basiliques chrétiennes et un cimetière. Les ruines de Tipaza font partie du patrimoine l'UNESCO depuis 1982.

    ©aissa Smatti
    ©aissa Smatti

    Dans beaucoup d'écrits, Tipasa est appelé "Perle de Méditerranée"

    Tipaza est une mosaïque de labyrinthes qui se prêtent à la balade et à la méditation tout en contemplant la vue sur une belle côte aux criques sauvages. Ensuite, terminez votre visite du site par un délicieux déjeuner de fruits de mer au port de la cité romaine. Je vous conseille un plateau de merlan, sardines et rougets, il n'y a pas plus méditerranéen que ça!

    ©aissa Smatti

    Une fenêtre sur la mer et une porte vers la grande bleue. Le site bénéficie de belles vues et d'une situation géographique stratégique.

    ©aissa Smatti

    Avec mon fils, nous avons marché sous les arches, sur des marches en pierres, à l'abri de pins centenaires et flâné dans les allées patinées du magnifique site à la quête du moindre signe venu du passé lointain. Il ne manquait plus que la belle sirène romaine qui surgit des eaux bleue tellement on était envoûtés par la beauté de ce site, un peu comme enivrés !