• Christiane Singer avait dit : "Quelqu'un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage". 
     
    Personnellement,  je n'ai jamais été un sage et ma réalité c'est le voyage, le saut chez l'autre. La réalité de ce que je vis à chaque voyage, l'intemporalité de chaque nouvelle expérience, toutes ces choses ne cessent de m'habiter et de revenir dans mes rêves, c'est un peu comme mon petit café des délices à moi ! 

    Le pays du dragon de tonnerre

    Druk-yul, « le Pays du Dragon Tonnerre », tel est le nom bhoutanais de ce petit royaume pris en tenaille au centre de la barrière himalayenne entre les deux géants asiatiques, l'Inde et la Chine

    Oui on l'appelle le pays du bonheur national brut !

    Le bonheur brut, une philosophie viable ou une propagande gouvernementale ? Le Bhoutan est souvent félicité par les étrangers de mesurer sa valeur par le bonheur de ses citoyens et non pas par son économie, mais un pays peut-il vraiment calculer le bonheur de ses citoyens et si oui, comment ?

    ©aissa Smatti

    En réalité, les autorités mesurent le degré de bonheur du peuple à l'aide d'un questionnaire qui prend en compte plusieurs critères : le bien-être psychologique, la santé, l'éducation, l'emploi du temps des personnes, la diversité culturelle, la bonne gouvernance, la vitalité sociales et communautaire, la diversité écologique et la biodiversité et le niveau de vie.

    Il ne faut croire que les bhoutanais soient plus heureux que les autres peuples de la planète. J'ai trouvé que le bhoutnais travaillait pour gagner sa vie comme tout le monde, les jeunes avaient les mêmes préoccupations que le reste des jeunes du monde : internet, réseaux sociaux, films, boites de nuit, alcool et autres... La pauvreté existe aussi.

    Par contre ce qui est sûr c'est que la vie est plutôt agréable sur le plan de la biodiversité du milieu naturel et le royaume protège bien ses ressources et sa culture.

    ©aissa Smatti

    Que m'évoque le Bhoutan ?

    Me réveiller au son des moines chantant des prières et jouant du tambour pendant d'innombrables pujas traditionnels. Assister à des cérémonies d'adoration et de dévotion à Bouddha. Monter 700 marches pour atteindre le Tiger Nest et son célèbre temple perché à plus de 3200 mètres d'altitude, Taktsang. Courir sur les pentes abruptes de la chaîne himalayenne sous des drapeaux de prière colorés suspendus entre les arbres. Parcourir un paysage naturel luxuriant avec des étendues de forêts et de montagnes qui entourent la capitale, Thimphu. Voir des gens porter l'élégant costume traditionnel et en être fier, Gho pour les hommes et le Kera pour les femmes. Ce sont ces souvenirs qui restent gravés dans ma mémoire.

    Que faire au Bhoutan ?

    S'il y a quelque chose d'incontournable au Bhoutan ce sont les dzongs auxquels vous ne pouvez échapper. Ces superbes et imposantes forteresses, éclatantes de blancheur, qui se dressent fièrement tels des remparts à l'entrée des principales vallées, se dressant sur une hauteur, s'adossant à une montagne, marquant la confluence de bouillonantes rivières, protégeant l'entrés des villages ou trônant majestueusement au cœur des villes.

    Mon voyage en plusieurs photos et en quelques lignes

    Nous sommes arrivés de l'ancien royaime du Sikkim en Inde. Une longue route au départ de Gantok, donc lever à 3h30 du matin et départ à 4h en direction de la frontière du Bhoutan 220km. Après 40 km de route, nous quittons le Sikkim par l'Est, formalités de sortie au poste de Rangpo côté Sikkim et arrivée à la ville bhoutanaise
    de Phuntsholing puis nous continuons vers Paro par une route de montagne en lacets, en tout 14h de route, trop fatigant et un chauffeur qui a du mal à rester sur sa file et qui roule au milieu de la route. Il avait du mal avec les virages. j'ai proposé de prendre le volant et ça l'a vexé. Hôtel après un repas typique en centre ville.

    ©aissa Smatti

    Le jour suivant, je monte vers le monastère de Taktshang sur le le célèbre Tiger Nest à 3286 m d'altitude. Le monastère est à flanc de falaise et est classé dans
    le patrimoine de l'Unesco. C'est une montée de 3h assez difficile sur 4.5 km de montée et 700 marche. La rando fait 4.5 a 5h de marche au total.

     

    Altitude de départ : 2 598 m

    Altitude d'arrivée : 3 286 m
    Différence altitude point départ et arrivée: 688 m

    ©aissa Smatti

    Les 2 soeurs, sur la route de Trashigang

    ©aissa Smatti

    Les moments riches et intimes d'un voyage. S'habiller, manger, dormir comme les gens du pays ça aide à accéder plus facilement aux locaux.

    ©aissa Smatti

    Un voyage, ce n’est pas uniquement le lieu et la destination où tu vas mais avec qui tu vas te retrouver. L’échange, l'interaction avec les gens, les sourire volés et les regards qui en disent long sont tout aussi importants si ce n’est plus que les lieux que l’on visite.

    ©aissa Smatti

    Dzong de Trongsa

    ©aissa Smatti

    Jeunes moines bouddhistes

    ©aissa Smatti

    J'ai testé le confortable et chic Gho pour vous. Je peux vous dire que lorsque vous êtes étranger et que vous portez le costume local ça vous ouvre toutes les portes. Les bhoutanais sont un peuple fier de ses traditions et voir un visiteur porter l'habit local les rend encore plus fiers.

     

    Le Gho est obligatoire pour tous les fonctionnaires, c'est un peu comme le costume de travail chez nous.

    De Paro à Timphu la capitale du royaume, 45 km d'autoroute et c'est la seule du pays. J'ai beaucoup aimé la capitale bien aérée et agréable à vivre. Le soir, la ville est bien animée avec beaucoup de jeunes dans les restaurants, les bars et les pubs.

    A Timphu, il faut absolument aller voir l'animal endémique du Bhoutan, le Takin au Royal Takin Preserve à env. 4 km au nord-ouest de la capitale.

     

    Altitude de départ : 2278 m

    Altitude d'arrivée : 2278 m

    ©aissa Smatti

    Au 4ème jour, nous reprenons la route à 7h du matin pour Punaka et son dzong. 13h sur une route chaotique en lacet et au-dessus de gorges qui n'en finissaient pas, ça donne le tournis. Les paysages sont d'une extrême beauté. Après la visite du dzong, nous poursuivons vers la vallée de Phobjikha où vit la Grue à cou noir . C'est une
    belle vallée reposante avec beaucoup de fermes typiques et une vie très rudimentaire, idéale pour la randonnée et les rencontres. Hotel Dewachen, un hébergement traditionnel qui ressemble plus à un gîte qu'à un hôtel avec superbe vue sur la vallées sanctuaire de la Grue à cou noir.

     

    Distance : 261,53 km

    Vitesse moyenne : 22,4 km/h en voiture

    Altitude de départ : 2302 m

    Altitude Maxi : 3129m

    ©aissa Smatti

    Nous commençons la journée par la visite du Dzong de Trongsa à 8h30 puis du musée d’histoire, ce n'est loin de là où nous avons passé la nuit. Départ pour

    Bumthang aux alentours de 11h30. Petite route et moyenne de progression 27 kmh.

    Nous marquons un arrêt au col de Bumthang à 3 431 m pour prendre quelques photos. En route, je découvre un atelier de tissage où nous nous arrêtons pour la visite et pour déjeuner, trop cher, prix pour touristes évidemment. Arrivée à 15h à Bumthang, visite du dzong puis des monastères Jambiylakhang et Purjay. Balade en centre ville où j'ai acheté du miel sauvage local, un délice.

     

    Altitude de départ : 2300 m

    Altitude Maxi : 3438

    ©aissa Smatti

    Par une route en balcon nous entamons notre montée au col d'Ura La 3 551 m. Petit arrêt au magnifique village d'Ura aux maisons traditionnelles à colombages avec de sublimes couleurs. De très belles fermes dans cette sublime vallée perdue, c'est idéal pour une journée de balade à pied à la rencontre des paysans et d'une nature luxuriante. Si vous choisissez de faire une halte ici, vous pouvez dormir à la guesthouse Araya Zamlha (1 700 à 2 000 R la chambre, un peu cher ) Moi, j'ai choisi de continuer ma route par la pass Thrumsingla à 3 750 m. Des forêts de pins et de rhododendrons, au printemps ça doit être sublime ! Arrivée Mongar à 16h, visite du dzong ensuite directement je suis monté vers le village Phosorong pour voir les maisons de fermiers et plonger de suite dans l'ambiance locale. La région est connue pour ses bananeraies, orangers et rizières.

    ©aissa Smatti

    Fête de Kholong à Khangma

    Lever à 5h30 du matin et départ après un léger petit déjeuner à 6h30. Stop à Chagsikhar dans la teahouse de Mme Sonam pour faire une pause et échanger un peu avec la propriétaire des traditions bhoutanaises. C'est une région où l'on cultive aussi la citronnelle pour en extraire les essences. On peut visiter une distillerie artisanale. Belles vues en contrebas sur le fleuve Trangmechu. Petit crochet par Tashigang pour voir le dzong de l'extérieur et faire un tour par le centre du village. On arrive au bon moment au village Khangma où se déroulait une fête locale "Kholong" riche en couleur, en danses, chants et musique., nous nous sommes régalés. 12h30 de route particulièrement éprouvante pour atteindre Samdrup Jongkhar. La route est en travaux et très éprouvante. Je ne conseille pas de la faire en une seule trotte comme moi, il faut marquer un stop à Tashigang. Nous passons notre dernière nuit dans un hôtel miteux et sale à Samdrup, il n'y avait pas mieux. La frontière indienne est quelques kilomètres. Cette longue et riche journée marque la fin de mon voyage au pays du dragon de tonnerre, quelle folie !

     

    Altitude de départ : 1700m

    Altitude Maxi : 3381m

    ©aissa Smatti

    L'énigme qu'est l'Autre recule comme l'horizon à chaque pas que tu fais vers lui.

    Christiane Singer

  • Infos pratiques

    Etant donné que les touristes ne sont autorisés à utiliser que des hôtels confortables, je n'ai pas pris la peine de citer les hôtels de catégorie modeste interdits

    ©aissa Smatti

    Parro

    - Hôtel Tashi Namghe. 4*, rien à dire mis à part le fait qu'il soit un peu excentré et loin de la ville. Il faut marcher 20 à 30 mn à pieds pour aller au centre.

     

    Timphu

    - Druk Hotel. de catégorie supérieure 4* très confortable avec un service spa et massages. Le restaurant très propre et sert des repas locaux très variés.

     

    Région Phobjikha

    - Farm House : double 1800R ss p'tit Dej / Twin 1500R ss p'tit Dej

    Super logement dans la ferme avec belle chambres traditionnelle

    bhoutanaise, toilettes et douches communes dans le couloir.

     

    - Hotel Dewachen. traditionnel et superbes sur la vallées aux Black Nek

     

    Trongsa

    - Yanhkhil. super hôtel 4* avec chalets très spacieux et grande salle de bain.

     

    Bumthang

    - Yougarli. 4* super hôtel avec chalets très spacieux et grande salle de bain

     

    Ura

    - Araya Zamlha. guesthouse familiale (1 700 à 2 000 R cher)

     

    Samdrup-Jongkhar

    - TLT hôtel, pas terrible et trop brouillant

  • Ce carnet a été réalisé dans le cadre d’un voyage de repérage pour Nomade Aventure