• Un Népal altitude zéro

     

    Pour faire connaître des peuples ignorés, il faut vivre avec eux.

    3 raisons de voyager au Népal ?

    C'est le pays d'origine du trek : avec une grande variété de paysages et les huit plus hautes montagnes du monde, dont l'Everest.

    Le trek le plus mythique : c’est au Népal qu’il se trouve, dans les Annapurna.

    Soutenir la population locale : aider ce beau pays qui dépend à 100% du tourisme, lié au trekking.

     

    Pour moi, descendre de l'avion à Katmandou est une expérience de sons, de couleurs et d'odeurs qui m'ont emmené vers une surcharge sensorielle incroyable. Marcher dans les ruelles encombrées en taxis, en bus, en pousse-pousse et en touristes trekkeurs c'est très enivrant, surprenant, prenant et épuisant à la fois. Le quartier des routards de Thamel, ses restaurants et ses boutiques est aussi une surcharge virale de couleurs et de parfums de tout genre !

    ©aissa Smatti

    Le parc naturel de Bardia (Bardya) : à la recherche du tigre du bengale

     

    Si les photos de mon voyage vous font rêver, vous souhaitez vivre la même expérience que moi et au plus près de l'ethnie Tharu, n’hésitez pas à prendre la route de Katmandou vers Bardya ( le Teraï) en passant par Lumbini, lieu de naissance de Bouddha. Il faut compter 2 jours de route car même si la distance parait courte, la route est abîmée et on roule à une moyenne de 45/50 kmh. Il y a aussi la possibilité de prendre le vol intérieur pour Nepalganj (1h) ensuite prévoyez un petit transfert de 1h15 jusqu'à Bardya. Vous pouvez loger au cœur du parc dans le Racy Shad Resort (+977 84-402020) mail : racyshade@gmail.com

     

    Le trajet est éreintant mais sur la route les arrêts improvisés peuvent être nombreux selon la densité de la circulation. Il y a aussi le fait de traverser de nombreux villages et toute la plaine fertile du Teraï qui incite à des haltes photos ou tout juste pour prendre un délicieux thé au lait dans les différentes teahouse bien fréquentées par les transporteurs et les passagers.

     

    Ces moments sont très immersifs et peuvent être source de rencontres et de partages avec les népalis très souriants et prompts à engager la discussion.

    ©aissa Smatti

    Les villages et les secrets du Teraï

    Une expérience unique et authentique, des couleurs plein les yeux et des fêtes à répétition, c'est ce qui vous attend dans le Teraï. Cette région est moins fréquentée par les étrangers ce qui fait d'elle une terre préservée et loin de tout ce qui superficiel. On ne va pas essayer de vous vendre quoique ce soit ici ni vous demander autre que de vous arrêter pour boire le thé ou partager un pomelos.

    Je me suis mêlé aux Tharus, une société matriarcale où les femmes à la beauté vénéneuse jouent un rôle central dans la vie de l'ethnie. J'ai été hébergé dans des maisons de villages typiques et isolés où très peu, voire aucun étranger n'avait dormi auparavant. Il faut aimé la vie rustique et accepté de dormir à côté des cochons, des poules et des buffles.

    ©aissa Smatti

    Bouddha, est né en 623 avant JC dans les célèbres jardins de Lumbini, qui est rapidement devenu un lieu de pèlerinage. Le Bodhi Tree de Lumbini est un arbre couvert de drapeaux de prière situé juste à côté de l'étang et où l'on dit que Bouddha est né.

    ©aissa Smatti

    Un accueil toujours avec le sourire. A aucun moment je ne me suis senti comme l'étranger qui débarque mais au contraire tout le monde m'ouvrait son coeur et sa porte. Malgré une vie simple, les gens sont accueillants et offrent ce qu'ils ont.

    La vie commence tôt le matin à la pompe d'eau pour se laver et pour commencer la préparation du petit déjeuner. Partager un bout de

    vie du quotidien des Tharus c'est se détacher de tout et se laisser porter par la gentillesse des gens et par leur sourire. Manger ce qu'ils mangent, dormir où ils dorment et oublier l'électricité, les réseaux sociaux et tout autre confort, ici, il faut se déconnecter de tout et ça fait un bien fou.

    ©aissa Smatti

    Le char à buffle que j'avais loué c'est aussi ça faire marcher l'économie locale.

    Il y avait toujours quelqu'un sur mon chemin, jamais seul !

    ©aissa Smatti

    Visage de femme Tharu à Gola

    Portrait de femme Tharu au village de Manau. Vous pouvez randonner de village en village et profiter de la vie en compagnie des communautés locales et en marchant derrière votre char à buffle. Les femmes travaillent dans les champs, pêchent dans la rivière, s'occupent des buffles et autres animaux et restaurent les maisons, elles sont partout et le pilier de toute la vie dans les villages.

    Une hospitalité que l'on ne retrouve que dans cette région du Népal et des égards pour l'étranger. J'ai tout de suite été adopté et ma randonnée fut riche en rencontres spontanées et inattendues. Je conseilles d'aller marcher dans cette région de Bardia en reliant les villages de Dalla, Manau, Golla et terminer l'aventure à Bardia par un petit safari à pied ou en jeep à la recherche du tigre du bengal.

    ©aissa Smatti

    Ce qui surprend au Népal ce sont les couleurs vives et vivifiantes !

    Les couleurs rendent heureux et remplissent le coeur des gens de joie et c'est ce que j'ai retrouvé chez les Tharus du Teraï.

    ©aissa Smatti

    Jour de la fête du Dashain : Maha Navami la chasse aux démons.

    Pendant cette fête l'alcool de riz coule à flot et les danses et chants battent leur plein. Tous les paysans de tous le Teraï arrivent de tous les villages pou se rassembler à Bardya pour faire la fête, danser et chanter habillés de leurs plus beaux costumes traditionnels.

    ©aissa Smatti

    On dit que les femmes Tharus ont la beauté vénéneuse et je me suis retrouvé très souvent submergé par leur curiosité et absorbé par leur joie de vivre. J'ai partagé leurs cuisines, leurs danses, leurs fêtes et goûté aux breuvages qu'elles me préparaient avec amour pour moi l'étranger venu de loin. Jamais je n'ai vécu pareil expérience ailleurs et jamais je ne me suis senti aussi bien que dans ces villages aux couleurs à couper le souffle et aux maisons grandes ouvertes.

     

    ©aissa Smatti
    ©aissa Smatti

    L'une des maisons où j'ai dormi, des poules, des cochons, des chèvres et des buffles, toute la nuit ça braille, ça cris et ça bouge, il faut avoir le sommeil lourd. Il faut surtout aimer vivre ce type de vie proche des gens et vivre comme ils vivent.

    ©aissa Smatti

    J'ai eu plaisir à côtoyer les Tharus et à vivre parmi eux. Je me suis imprégné de leurs couleurs, de leurs parfums et des bonnes odeurs de leurs plats et leurs cuisines.

    Les femmes tharus sont très accessibles et la discussion avec elles est facile. On les rencontre partout, dans la rivière entrain de pêcher, derrière un buffle, sur vélo ou dans les champs. Elle a un grand poids dans la communauté et un pouvoir de séduction naturel et sans pareil ailleurs.

    Vie très simple mais remplie de bonheur

    ©aissa Smatti

    Le photographe Eric Valli disait : "Faire connaître des peuples préservés est une arme à double tranchant dans la mesure où vous créez les conditions de faire arriver sur place des charters de touristes."

    Dans la région du Teraï, ce n'est pas demain que l'on va voir des charters remplis de touristes atterrir !

    Katmandou, une ville un peu folle et pas forcément la plus agréable à vivre, du fait de sa pollution mais une cité qui vous prend et qui vous transporte dans une histoire millénaire par ses sites classés et par sa vie bouillonnante.

    ©aissa Smatti
    ©aissa Smatti

    Le lieu sacré de pèlerinage tibétain le plus populaire de la vieille ville le stupa de Swayambhunath. Le stupa est situé sur une place cachée.

    Ma préférence reste le printemps, avec un soleil assez généreux en matinée, et une légère nébulosité l’après-midi. La vie dans les villages y est plus animée, les sentiers sont jonchés de rhododendrons fleuris et les rizières sont d’un vert éclatant, une vraie explosion végétale. Plus on s’approche du mois de mai, plus le ciel se charge de quelques nuages (rien d’inquiétant !) mais les températures restent toujours douces. L’été, on peut aussi trouver son bonheur au Népal car de juin à fin septembre, les régions du Mustang et du Dolpo, demeurent à l’abri de la mousson.

    ©aissa Smatti

    Le sādhu au temple de Pashupatinath

    ©aissa Smatti

    Le progrès n'est jamais très loin et il faut toujours garder le lien avec le monde extérieur !

    ©aissa Smatti

    Le sādhu ou Sadhou du temple de Pashupatinath : Vallée de Katmandou

    ©aissa Smatti

    Kathmandu avec son Durbar Square est riche en sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. Faites le tour des complexes historiques, culturels et architecturaux, allez voir les temples et tous les monuments de la ville en pousse-pousse, c'est l'option idéale.

    ©aissa Smatti

    Swaymbhunath est le plus ancien stupa du genre au Népal et possède de nombreux sanctuaires et monastères en son sein.

    Quartier de Thamel où passent tous les étrangers car c'est ici aussi que l'on trouve les hôtels abordables, les restaurants et les boutiques de matériel de trek.

    ©aissa Smatti

    Quelques infos pratiques

    Transport:

    De l'aéroport au centre, il y a des bus et des taxis pour pas cher.

    Le centre-ville de Katmandou est très facile à parcourir et la plupart des taxis passèdent un compteur.

    Où dormir ?

    Les hôtels à Katmandou sont nombreux et les prix aussi. Il y a des hôtels simples tels que Kongsar Pension dans le célèbre quartier de Tamal, sans petit-déjeuner.

    KHANGSAR GUEST HOUSE

    Thamel, Chhetrapati Kathmandu, Nepal
    Tel: - 97714268273, 97714268273
    Fax: - 97714268273
    E-mail: - khangsarguesthouse@gmail.com, khangsar@wlink.com.np
    Website: www.khangsarguesthouse.com

     

    Il existe également des hôtels de prix moyen, tels que le Trekker's Home Hotel

    Trekker's Ho

    Thamel, Kathmandu, Nepal

    Tel: (977) 1 4253253

    Mobile: (977) 9841326314

    Email: trekkershome@gmail.com

    Website: www.trekkershome.com

    Hotel Zyu

    Traditional Road,

    Patan 44600

    +977-01-5534052
    +977-9860164016

    info@hotelzyu.com

    Pour ceux qui recherchent des établissements plus luxueux et haut de gamme, le Dwarika Resort est le meilleur d'entre eux, c'est un bâtiment historique de style Nawar., un chef-d'oeuvre et un plaisir pour les yeux

    The Dwarika's Resort
    Dhulikhel, Kavre
    Phone: 977-11-490612
    Fax: 977-11-490613
    E:mail: info@dwarikas-dhulikhel.com

     

    L'hôtel abrite le restaurant le plus raffiné et le plus prestigieux du Népal. Le prix total par personne, six plats différents, est d'environ par personne. Les réservations sont obligatoires avant de déménager au restaurant.

    A voir

    Durbar Square.

    Boudhanath Stupa

    Bhaktapur

    Swayambhunath (Monkey Temple)

    Ce carnet a été réalisé dans le cadre d’un voyage de repérage pour mon entreprise Nomade Aventure pour le tournage d'un épisode de la série "Chasseurs d'Aventures"